UNE NOUVELLE AFFAIRE JULIA SIMON !

L’affaire avait fait grand bruit et pollué le début de saison de l’équipe de France de biathlon. Quelques mois seulement après avoir décroché le Gros globe de la Coupe du monde, Julia Simon était accusée par sa coéquipière Justine Braisaz-Bouchet et un membre du staff d’avoir utilisé leur carte bancaire à leur insu pour acheter sur internet des produits de sport de haute technologie. Le montant du préjudice s’élevait à quelque 2 000 euros.

Cette affaire n’avait pas empêché Julia Simon et Justine Braisaz-Bouchet de briller lors des Mondiaux cet hiver, avec pas moins de cinq titres à elles deux, mais la justice a récemment rendu son verdict. A en croire la Stampa, la biathlète des Saisies a en effet été condamnée à une amende et des dommages et intérêts à verser, les enquêteurs du Centre de Police et de Coopération Douanière de Modane parvenant à établir que Julia Simon était bien à l’origine de ces achats.

Sur fond d'affaire Avoine

Mais à en croire Thierry Vildary, journaliste à Stade 2, l’affaire Julia Simon ne serait pas un cas isolé. L’équipe de France de gymnastique serait en effet en proie à un cas du même genre avec des utilisations frauduleuses de cartes bleues et des vols entre athlètes. L’une d’entre elles, mineure, aurait d’ailleurs récemment été exclue de l’INSEP. Cette affaire serait à l’origine de tensions au sein du groupe, encore marqué par le « dossier Avoine ».

Les entraîneurs du club d’Avoine-Beaumont, Marc et Gina Chirilcenco, avaient été accusées par la Fédération française de gymnastique « d’emprise sur mineures » et de « mise en danger pour défaut de suivi et respect des préconisations médicales » avant d’être blanchis par les autorités, pointant au contraire du doigt « l’acharnement » subi par le club de la part de la Fédération française de gymnastique et soulignant la nécessité la ministre des Sports et des Jeux Olympiques et Paralympiques face aux dérives de la Fédération.

À Avoine-Beaumont s’entraînent notamment la Française Carolann Héduit, membre de l’équipe de France lors des Jeux olympiques de Tokyo en 2021, et surtout Kaylia Nemour, longtemps en conflit avec la Fédération avant de décider de représenter l’Algérie en compétition.

2024-06-13T04:40:28Z dg43tfdfdgfd